the fitzpatrick Index du Forum

the fitzpatrick
Le pub délicieusement dégradant

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Qui est le plus mechant ?
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    the fitzpatrick Index du Forum -> Le bar -> Paul O'conell
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Liam Fitzpatrick
Tenancier

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2010
Messages: 130
Localisation: Just behind you

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 21:30 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

Jer nous devons maintenant décider qui est le plus méchant. Tout le monde peut réagir, sauf Nils (parce qu'on l'aime pas).

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 30 Jan - 21:30 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jer O'maley
Globalement innofensif

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2010
Messages: 71
Localisation: O'conor's town

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 22:00 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

Si tu cherche a prouver se genre de chose c'est que tu as des doutes sur ta propre capacité a être méchant

Revenir en haut
Brashen Oh'Great!
Emigré clandestin

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2010
Messages: 41

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 22:32 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

En tout cas pas Mata..
_________________


Revenir en haut
Liam Fitzpatrick
Tenancier

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2010
Messages: 130
Localisation: Just behind you

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 22:41 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

C'est le mec globalement inoffensif, qui a un bon fond et qui a ouvert les hostilité (puisque je n'ai jamais émis de doute) qui dit ça ?
Celui que mata a qualifier de méchant inconscient ?


Revenir en haut
Borat O'bama
Ami de moi

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2010
Messages: 27
Localisation: Sur la toile

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 22:42 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

Celui qui passe son temps à insulter le monde n'est-il pas plus méchant que le gentil posteur qui met des images sympa?

Revenir en haut
Jer O'maley
Globalement innofensif

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2010
Messages: 71
Localisation: O'conor's town

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 22:44 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

Voila quel type de méchant tu es vianney, un méchant basique


Revenir en haut
Liam Fitzpatrick
Tenancier

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2010
Messages: 130
Localisation: Just behind you

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 22:52 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

ohhh la réutilisation d'image de Nioutaik joli

Revenir en haut
Jer O'maley
Globalement innofensif

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2010
Messages: 71
Localisation: O'conor's town

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 22:55 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

Ouai car réutiliser les images des autres c'est méchant (sans doute)

Revenir en haut
Liam Fitzpatrick
Tenancier

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2010
Messages: 130
Localisation: Just behind you

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 22:57 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

ou pathétique surtout pour essayer d'imager une connerie sans precedent

Revenir en haut
Maître Torchier
Mechant

Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2010
Messages: 56

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 23:59 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

Dans certaines œuvres de fiction, un méchant est un personnage qui s'oppose au héros, héros que l'on appelle, par opposition, le gentil. En règle générale, le méchant incarne le Mal. Lorsque dans une œuvre la division des personnages se fait de manière assez nette entre les gentils et les méchants, il s'agit d'une acception manichéenne.
Dans cet article, on parle indifféremment de gentil et de héros. Cependant, dans une oeuvre non manichéenne, un héros peut ne pas être un paragon de vertu, il s'agit alors d'un anti-héros. Par exemple, le personnage principal du roman de science-fiction Nicolas Eymerich, inquisiteur (Valerio Evangelisti, 1998), est manipulateur, violent et dénué de remords, même s'il est persuadé d'œuvrer pour le bien. Cela vaut aussi pour le méchant : il n'est réellement méchant que du point de vue du gentil ; ceci est particulièrement visible dans les films de guerre par exemple, où le camp ennemi n'est pas celui du personnage principal.
De la même manière qu'il existe différents types de héros (des héros intègres, des anti-héros, des héros avec un caractère « méchant »...) il existe différents types de méchants dont le rôle est, entre autres, de mettre en valeur par contraste les actions du héros qui prennent leur sens dans un contexte de lutte et d'opposition.
Le méchant est bien souvent le moteur scénaristique de l'action. Sans lui le héros vit une vie paisible et ordonnée, insouciante ; le méchant perturbe cet équilibre, et c'est dans ce sens qu'il est le moteur de l'action. Ceci apparaît en particulier dans les comics américains, dans lesquels les super-héros affrontent des super-méchants, souvent récurrents et qui donnent une raison d'être au super-héros (Ceci est exploité dans le film Incassable où le gentil ne sait pas qu'il est un super-héros et sombre dans une déprime parce qu'il n'a pas de sens à sa vie. Il trouvera sa raison d'être grâce au méchant qui le révèlera à ses yeux et au monde entier. De façon équivalente, le méchant cherche désespérément ce gentil voulant être un méchant (par opposition au gentil) pour justifier ses malformations)
Les comics fournissent les exemples les plus extrêmes, presque caricaturaux, de héros (Superman) et de méchants (pensons notamment au Bouffon Vert et à Magneto qui s'opposent respectivement à Spider-Man et aux X-Men). Un autre exemple flagrant est celui des films d'horreur, où, bien souvent, les méchants peuvent davantage être considérés comme les héros que les « gentils » eux-mêmes.
La scission bien / mal équivalente à l'opposition gentil / méchant n'est pas un concept nouveau : voir l'article détaillé manichéen (adjectif descriptif de cette opposition). Par contre, certaines œuvres naviguent entre les deux, comme dans le film Heat où le méchant (incarné par Robert de Niro) semble paradoxalement posséder plus de bons sentiments que le gentil (incarné par Al Pacino).
Le terme « méchant » faisant un peu enfantin pour certains, il est parfois remplacé par « antagoniste » ou « ennemi ».
Un méchant particulièrement important par rapport aux autres est couramment appelé Archennemi.
Dans certaines œuvres de fiction, un méchant est un personnage qui s'oppose au héros, héros que l'on appelle, par opposition, le gentil. En règle générale, le méchant incarne le Mal. Lorsque dans une œuvre la division des personnages se fait de manière assez nette entre les gentils et les méchants, il s'agit d'une acception manichéenne.
Dans cet article, on parle indifféremment de gentil et de héros. Cependant, dans une oeuvre non manichéenne, un héros peut ne pas être un paragon de vertu, il s'agit alors d'un anti-héros. Par exemple, le personnage principal du roman de science-fiction Nicolas Eymerich, inquisiteur (Valerio Evangelisti, 1998), est manipulateur, violent et dénué de remords, même s'il est persuadé d'œuvrer pour le bien. Cela vaut aussi pour le méchant : il n'est réellement méchant que du point de vue du gentil ; ceci est particulièrement visible dans les films de guerre par exemple, où le camp ennemi n'est pas celui du personnage principal.
De la même manière qu'il existe différents types de héros (des héros intègres, des anti-héros, des héros avec un caractère « méchant »...) il existe différents types de méchants dont le rôle est, entre autres, de mettre en valeur par contraste les actions du héros qui prennent leur sens dans un contexte de lutte et d'opposition.
Le méchant est bien souvent le moteur scénaristique de l'action. Sans lui le héros vit une vie paisible et ordonnée, insouciante ; le méchant perturbe cet équilibre, et c'est dans ce sens qu'il est le moteur de l'action. Ceci apparaît en particulier dans les comics américains, dans lesquels les super-héros affrontent des super-méchants, souvent récurrents et qui donnent une raison d'être au super-héros (Ceci est exploité dans le film Incassable où le gentil ne sait pas qu'il est un super-héros et sombre dans une déprime parce qu'il n'a pas de sens à sa vie. Il trouvera sa raison d'être grâce au méchant qui le révèlera à ses yeux et au monde entier. De façon équivalente, le méchant cherche désespérément ce gentil voulant être un méchant (par opposition au gentil) pour justifier ses malformations)
Les comics fournissent les exemples les plus extrêmes, presque caricaturaux, de héros (Superman) et de méchants (pensons notamment au Bouffon Vert et à Magneto qui s'opposent respectivement à Spider-Man et aux X-Men). Un autre exemple flagrant est celui des films d'horreur, où, bien souvent, les méchants peuvent davantage être considérés comme les héros que les « gentils » eux-mêmes.
La scission bien / mal équivalente à l'opposition gentil / méchant n'est pas un concept nouveau : voir l'article détaillé manichéen (adjectif descriptif de cette opposition). Par contre, certaines œuvres naviguent entre les deux, comme dans le film Heat où le méchant (incarné par Robert de Niro) semble paradoxalement posséder plus de bons sentiments que le gentil (incarné par Al Pacino).
Le terme « méchant » faisant un peu enfantin pour certains, il est parfois remplacé par « antagoniste » ou « ennemi ».
Un méchant particulièrement important par rapport aux autres est couramment appelé Archennemi.
Dans certaines œuvres de fiction, un méchant est un personnage qui s'oppose au héros, héros que l'on appelle, par opposition, le gentil. En règle générale, le méchant incarne le Mal. Lorsque dans une œuvre la division des personnages se fait de manière assez nette entre les gentils et les méchants, il s'agit d'une acception manichéenne.
Dans cet article, on parle indifféremment de gentil et de héros. Cependant, dans une oeuvre non manichéenne, un héros peut ne pas être un paragon de vertu, il s'agit alors d'un anti-héros. Par exemple, le personnage principal du roman de science-fiction Nicolas Eymerich, inquisiteur (Valerio Evangelisti, 1998), est manipulateur, violent et dénué de remords, même s'il est persuadé d'œuvrer pour le bien. Cela vaut aussi pour le méchant : il n'est réellement méchant que du point de vue du gentil ; ceci est particulièrement visible dans les films de guerre par exemple, où le camp ennemi n'est pas celui du personnage principal.
De la même manière qu'il existe différents types de héros (des héros intègres, des anti-héros, des héros avec un caractère « méchant »...) il existe différents types de méchants dont le rôle est, entre autres, de mettre en valeur par contraste les actions du héros qui prennent leur sens dans un contexte de lutte et d'opposition.
Le méchant est bien souvent le moteur scénaristique de l'action. Sans lui le héros vit une vie paisible et ordonnée, insouciante ; le méchant perturbe cet équilibre, et c'est dans ce sens qu'il est le moteur de l'action. Ceci apparaît en particulier dans les comics américains, dans lesquels les super-héros affrontent des super-méchants, souvent récurrents et qui donnent une raison d'être au super-héros (Ceci est exploité dans le film Incassable où le gentil ne sait pas qu'il est un super-héros et sombre dans une déprime parce qu'il n'a pas de sens à sa vie. Il trouvera sa raison d'être grâce au méchant qui le révèlera à ses yeux et au monde entier. De façon équivalente, le méchant cherche désespérément ce gentil voulant être un méchant (par opposition au gentil) pour justifier ses malformations)
Les comics fournissent les exemples les plus extrêmes, presque caricaturaux, de héros (Superman) et de méchants (pensons notamment au Bouffon Vert et à Magneto qui s'opposent respectivement à Spider-Man et aux X-Men). Un autre exemple flagrant est celui des films d'horreur, où, bien souvent, les méchants peuvent davantage être considérés comme les héros que les « gentils » eux-mêmes.
La scission bien / mal équivalente à l'opposition gentil / méchant n'est pas un concept nouveau : voir l'article détaillé manichéen (adjectif descriptif de cette opposition). Par contre, certaines œuvres naviguent entre les deux, comme dans le film Heat où le méchant (incarné par Robert de Niro) semble paradoxalement posséder plus de bons sentiments que le gentil (incarné par Al Pacino).
Le terme « méchant » faisant un peu enfantin pour certains, il est parfois remplacé par « antagoniste » ou « ennemi ».
Un méchant particulièrement important par rapport aux autres est couramment appelé Archennemi.
Dans certaines œuvres de fiction, un méchant est un personnage qui s'oppose au héros, héros que l'on appelle, par opposition, le gentil. En règle générale, le méchant incarne le Mal. Lorsque dans une œuvre la division des personnages se fait de manière assez nette entre les gentils et les méchants, il s'agit d'une acception manichéenne.
Dans cet article, on parle indifféremment de gentil et de héros. Cependant, dans une oeuvre non manichéenne, un héros peut ne pas être un paragon de vertu, il s'agit alors d'un anti-héros. Par exemple, le personnage principal du roman de science-fiction Nicolas Eymerich, inquisiteur (Valerio Evangelisti, 1998), est manipulateur, violent et dénué de remords, même s'il est persuadé d'œuvrer pour le bien. Cela vaut aussi pour le méchant : il n'est réellement méchant que du point de vue du gentil ; ceci est particulièrement visible dans les films de guerre par exemple, où le camp ennemi n'est pas celui du personnage principal.
De la même manière qu'il existe différents types de héros (des héros intègres, des anti-héros, des héros avec un caractère « méchant »...) il existe différents types de méchants dont le rôle est, entre autres, de mettre en valeur par contraste les actions du héros qui prennent leur sens dans un contexte de lutte et d'opposition.
Le méchant est bien souvent le moteur scénaristique de l'action. Sans lui le héros vit une vie paisible et ordonnée, insouciante ; le méchant perturbe cet équilibre, et c'est dans ce sens qu'il est le moteur de l'action. Ceci apparaît en particulier dans les comics américains, dans lesquels les super-héros affrontent des super-méchants, souvent récurrents et qui donnent une raison d'être au super-héros (Ceci est exploité dans le film Incassable où le gentil ne sait pas qu'il est un super-héros et sombre dans une déprime parce qu'il n'a pas de sens à sa vie. Il trouvera sa raison d'être grâce au méchant qui le révèlera à ses yeux et au monde entier. De façon équivalente, le méchant cherche désespérément ce gentil voulant être un méchant (par opposition au gentil) pour justifier ses malformations)
Les comics fournissent les exemples les plus extrêmes, presque caricaturaux, de héros (Superman) et de méchants (pensons notamment au Bouffon Vert et à Magneto qui s'opposent respectivement à Spider-Man et aux X-Men). Un autre exemple flagrant est celui des films d'horreur, où, bien souvent, les méchants peuvent davantage être considérés comme les héros que les « gentils » eux-mêmes.
La scission bien / mal équivalente à l'opposition gentil / méchant n'est pas un concept nouveau : voir l'article détaillé manichéen (adjectif descriptif de cette opposition). Par contre, certaines œuvres naviguent entre les deux, comme dans le film Heat où le méchant (incarné par Robert de Niro) semble paradoxalement posséder plus de bons sentiments que le gentil (incarné par Al Pacino).
Le terme « méchant » faisant un peu enfantin pour certains, il est parfois remplacé par « antagoniste » ou « ennemi ».
Un méchant particulièrement important par rapport aux autres est couramment appelé Archennemi.
Dans certaines œuvres de fiction, un méchant est un personnage qui s'oppose au héros, héros que l'on appelle, par opposition, le gentil. En règle générale, le méchant incarne le Mal. Lorsque dans une œuvre la division des personnages se fait de manière assez nette entre les gentils et les méchants, il s'agit d'une acception manichéenne.
Dans cet article, on parle indifféremment de gentil et de héros. Cependant, dans une oeuvre non manichéenne, un héros peut ne pas être un paragon de vertu, il s'agit alors d'un anti-héros. Par exemple, le personnage principal du roman de science-fiction Nicolas Eymerich, inquisiteur (Valerio Evangelisti, 1998), est manipulateur, violent et dénué de remords, même s'il est persuadé d'œuvrer pour le bien. Cela vaut aussi pour le méchant : il n'est réellement méchant que du point de vue du gentil ; ceci est particulièrement visible dans les films de guerre par exemple, où le camp ennemi n'est pas celui du personnage principal.
De la même manière qu'il existe différents types de héros (des héros intègres, des anti-héros, des héros avec un caractère « méchant »...) il existe différents types de méchants dont le rôle est, entre autres, de mettre en valeur par contraste les actions du héros qui prennent leur sens dans un contexte de lutte et d'opposition.
Le méchant est bien souvent le moteur scénaristique de l'action. Sans lui le héros vit une vie paisible et ordonnée, insouciante ; le méchant perturbe cet équilibre, et c'est dans ce sens qu'il est le moteur de l'action. Ceci apparaît en particulier dans les comics américains, dans lesquels les super-héros affrontent des super-méchants, souvent récurrents et qui donnent une raison d'être au super-héros (Ceci est exploité dans le film Incassable où le gentil ne sait pas qu'il est un super-héros et sombre dans une déprime parce qu'il n'a pas de sens à sa vie. Il trouvera sa raison d'être grâce au méchant qui le révèlera à ses yeux et au monde entier. De façon équivalente, le méchant cherche désespérément ce gentil voulant être un méchant (par opposition au gentil) pour justifier ses malformations)
Les comics fournissent les exemples les plus extrêmes, presque caricaturaux, de héros (Superman) et de méchants (pensons notamment au Bouffon Vert et à Magneto qui s'opposent respectivement à Spider-Man et aux X-Men). Un autre exemple flagrant est celui des films d'horreur, où, bien souvent, les méchants peuvent davantage être considérés comme les héros que les « gentils » eux-mêmes.
La scission bien / mal équivalente à l'opposition gentil / méchant n'est pas un concept nouveau : voir l'article détaillé manichéen (adjectif descriptif de cette opposition). Par contre, certaines œuvres naviguent entre les deux, comme dans le film Heat où le méchant (incarné par Robert de Niro) semble paradoxalement posséder plus de bons sentiments que le gentil (incarné par Al Pacino).
Le terme « méchant » faisant un peu enfantin pour certains, il est parfois remplacé par « antagoniste » ou « ennemi ».
Un méchant particulièrement important par rapport aux autres est couramment appelé Archennemi.


Revenir en haut
Borat O'bama
Ami de moi

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2010
Messages: 27
Localisation: Sur la toile

MessagePosté le: Dim 31 Jan - 10:33 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

De toute façon j'aime pas les héros. Ils sont arrogants et prétendent savoir ce qui est bien et ce qui est mal.

Revenir en haut
Liam Fitzpatrick
Tenancier

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2010
Messages: 130
Localisation: Just behind you

MessagePosté le: Lun 1 Fév - 13:45 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

pourtant toi tu est notre héros a tous leo. tu représente la conscience du groupe.

Revenir en haut
Borat O'bama
Ami de moi

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2010
Messages: 27
Localisation: Sur la toile

MessagePosté le: Lun 1 Fév - 14:00 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

J'aime bien ce que tu dis-là. ça rajoute une conscience schyzophrène à notre joli groupe de tarés  Mr. Green

Revenir en haut
Liam Fitzpatrick
Tenancier

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2010
Messages: 130
Localisation: Just behind you

MessagePosté le: Lun 1 Fév - 18:09 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

toi ?! schyzo ?! j'aurais plutôt dit gentil, mignon et tout doux, tout câlin.

L'adjectif "frufrichkeite" a été créée pour te décrire


Revenir en haut
Borat O'bama
Ami de moi

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2010
Messages: 27
Localisation: Sur la toile

MessagePosté le: Lun 15 Fév - 22:02 (2010)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ? Répondre en citant

C'est mignon  Embarassed
Pour fêter ça, je propose qu'on se tienne par la main et qu'on fasse la ronde autour de la bonne humeur attachée à un poteau, bâillonnée et gémissante.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:01 (2018)    Sujet du message: Qui est le plus mechant ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    the fitzpatrick Index du Forum -> Le bar -> Paul O'conell Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com